Yoga 

Le mot yoga est d√©riv√© de la racine sanscrite ¬ę yuj ¬Ľ qui signifie joindre, atteler, union,¬†lien, m√©ditation. L’union entre la conscience humaine et la conscience universelle,¬†l’union entre le corps, l’esprit et l’√Ęme, l’union entre la part masculine et f√©minine¬†de l’√™tre humain.

Cette science enseigne comment immerger la volont√© humaine dans la volont√©¬†cosmique par le contr√īle du mental pour atteindre la lib√©ration.

Le yoga procure une santé robuste, apporte la capacité de concentration, équilibre le mental et amène la paix.

Le yoga est un chemin spirituel, un art de vivre ouverte à tous.

Pour le Yogi, le corps est un Temple qui abrite sa Divinité.

Le yoga se divise en raja yoga, hatha yoga, jnana yoga, karma yoga et bhakti yoga.

Le hatha yoga pr√©pare au raja yoga et traite du contr√īle du corps par les asanas, le pranayama,les bandhas et les mudras. ¬†Hatha est compos√© de deux syllabes: ha et tha qui signifient soleil et lune.
Il est ins√©parable du raja yoga qui traite du contr√īle du mental.

Le hatha yogi commence sa sadhana (pratique) au niveau physique, le raja yogi¬†au niveau mental, le jnana yogi au niveau intellectuel, le karma yogi au niveau de l’action d√©sint√©r√©ss√©e et le bhakti yogi au niveau de la d√©votion.

Le syst√®me du hatha yoga inclut un grand nombre d’exercices physiques tendant √† rendre le corps apte √† la m√©ditation, √† l’harmonie, de telle sorte qu’il absorbe une plus grande quantit√© d’√©nergie.

La science du raja yoga, formul√©e par Patanjali (l’auteur du Yoga Sutra, il y a 2500 ans) est aussi connue sous le nom d’ashtanga yoga.
Le terme sanscrit ashtanga se décompose en *ashto* et *anga* qui signifie respectivement huit et membre.

Ces huit branches sont :

  • YAMA (5 disciplines morales)
  • NYAMA (5 observances spirituelles)
  • ASANA (pratique des postures)
  • PRANAYAMA (expansion de l’√©nergie vitale par le contr√īle du souffle)
  • PRATYAHARA (retrait des sens)
  • DHARANA (concentration)
  • DHYANA (m√©ditation)
  • SAMADHI (absorption compl√®te)
  • KAIVALYA¬†(lib√©ration)

YAMA  

Le mot yama vient de la racine ¬ę yam ¬Ľ qui signifie ¬ę brider ¬Ľ.¬†Yama se d√©compose en 5 codes moraux et √©thiques.

AHIMSA ¬ę Non-violence, ne pas tuer ¬Ľ

Le mot ahimsa est fait du pr√©fixe ¬ę a ¬Ľ qui signifie ¬ę non ¬Ľ et du nom ¬ę himsa ¬Ľ qui signifie l’action de tuer ou la violence.¬†La non violence envers soi, la non violence envers d’autres √™tres humains et la non violence¬†envers les animaux.

SATYA ¬ę V√©rit√© ¬Ľ

Etre honnête et sincère envers soi, comme envers les autres êtres humains.  La vérité en pensée, en parole et en acte.

ASTEYA ¬ę Ne pas voler ¬Ľ

Le mot asteya est compos√© de ¬ę a = non, steya=voler ¬Ľ.¬†Le d√©sir de poss√©der ce qui appartient √† autrui et d’en jouir conduit √† de mauvaises actions. ¬†De ce d√©sir na√ģt le besoin de voler.

BRAHMACARYA ¬ę Conduite sexuelle juste ¬Ľ

Brahmacarya signifie une vie de c√©libat et de retenue, consacr√©e aux √©tudes spirituelles.¬†Il est notamment dit que la perte de la semence conduit √† la mort, et sa r√©tention √† la vie.¬†L’√©nergie sexuelle est donc √† transformer en √©nergie divine. ¬†Il n’est cependant pas n√©cessaire pour obtenir le salut de rester c√©libataire et sans foyer.

Au contraire, avec l’exp√©rience de l’Amour shiva shakti, il est possible de ¬†conna√ģtre l’amour divine. Beaucoup de yogis et sages de l’ancien temps de l’Inde √©taient mari√©s et avaient une famille.¬†Dans la soci√©t√© d’aujourd’hui, on peut donc parler de conduite sexuelle juste.

APARIGRAHA ¬ę Amasser ¬Ľ

Il faut s’abstenir de prendre des choses dont on n’a pas besoin, ou d’amasser des biens qui ¬†ne nous sont pas imm√©diatement n√©cessaires. Vivre simplement, c’est s’√©lever spirituellement.

NYAMA

Le mot nyama peut se traduire par ¬ę vers l’int√©rieur ¬Ľ tandis que yam signifie ¬ę brider ¬Ľ, ce sont les 5 r√®gles de conduite de chaque individu √©num√©r√©es par Patanjali.

SAUCA ¬ę Puret√© ¬Ľ

La puret√© du corps est essentielle pour le bien-√™tre. Tandis que les habitudes d’hygi√®ne ¬†comme le bain, purifient le corps ext√©rieur, les asanas et pranayama le purifient int√©rieurement.

SANTOSA ¬ę Contentement ¬Ľ

Le contentement doit √™tre cultiv√©. Un esprit insatisfait ne peut pas se concentrer. ¬†Aucune privation n’affecte le yogi, il est donc naturellement satisfait. ¬†Le contentement donne au yogi une b√©atitude sans limite.

TAPAS ¬ę l’autodiscipline ¬Ľ

Tapas provient de la racine ¬ę tap ¬Ľ qui signifie : s’embraser, br√Ľler, briller. ¬†Cela signifie donc un effort ardent en toutes circonstances pour atteindre un but ¬†d√©termin√© dans la vie.
Cela implique la purification, l’autodiscipline et l’aust√©rit√©.

SVADHYAYA ¬ę √©tude du soi ¬Ľ

Sva signifie soi et adhyaya signifie √©tude et √©ducation. Eduquer, c’est tirer d’une personne ¬†le meilleur d’elle-m√™me. Svadyaya est donc l’√©ducation du soi et surtout appendre ¬†√† se conna√ģtre soi-m√™me.

ISVARA PRANIDHANA ¬ę D√©votion ¬Ľ

Consacrer au seigneur ses actions et sa volont√© est Isvara Pranidhana. ¬†L’abandon √† la gr√Ęce divine ou √† un √™tre sup√©rieur, c’est se tourner vers la r√©alisation spirituelle la plus √©lev√©e.

ASANA 

Issu du mot *aas*, qui signifie ¬ę √™tre assis ¬Ľ ou ¬ę √™tre ¬Ľ, asana d√©signe une posture ¬†particuli√®re ou une fa√ßon de se tenir assis. ¬ę Si√®ge ¬Ľ est la traduction la plus litt√©rale d’asana. ¬†Les asanas apportent la solidit√©, la sant√© et la l√©g√®ret√© des membres. ¬†Une posture stable et belle donne au mental √©quilibre et stabilit√©.


PRANAYAMA

Pranayama est compos√© de 2 mots : Prana qui signifie √©nergie, force vitale, souffle ou respiration, Ayama signifie contr√īle, longueur, expansion, allongement ou retenue.
Pranayama repr√©sente donc, √† la fois l’allongement du souffle et son contr√īle.
Ce contr√īle s’√©tend √† toutes les fonctions de la respiration, √† savoir l’inspiration,l’expiration et la r√©tention.


PRATYAHARA

Le retrait des sens. Si la raison de l’√™tre humain succombe √† l’influence de ses sens, il est perdu. ¬†Si la respiration et son rythme sont contr√īl√©s, les sens, au lieu d’√™tre tourn√©s vers l’ext√©rieur, vers des objets de d√©sir, se tourneront vers l’int√©rieur, et l’homme s’en trouvera lib√©r√©.


DHARANA

Quand le corps a √©t√© √©quilibr√© par les asanas, quand l’esprit a √©t√© raffin√© par le feu du pranayama, et quand les sens ont √©t√© ma√ģtris√©s par pratyahara, le sadhaka (pratiquant) atteint la sixi√®me √©tape, appel√©e dharana. Il peut alors √™tre totalement concentr√© sur un point unique.


DHYANA

Quand la concentration s’est stabilis√©e en un flot r√©gulier, c’est l’√©tat de dhyana (m√©ditation). ¬†L’esprit du yogi est rendu lumineux par l’√©tat de dhyana, son corps, son souffle, ses sens, son esprit, sa raison et son moi sont totalement int√©gr√©s dans l’objet de sa contemplation : l’Esprit Universel.


SAMADHI

Au plus fort de sa m√©ditation, le yogi entre dans l’√©tat de samadhi. Son corps et ses sens sont au repos comme s’il dormait, sa pens√©e et sa raison sont vigilantes comme en √©tat de veille, cependant il est au-del√† de la conscience.


KAIVALYA

Pour le sadhaka (pratiquant), Kaivalya est le but de sa quête.

La libération éternelle

 

autemple_symbole

L’amour n’est pas l’or.
On ne peux le cacher.
Les effets de l’amour sont apparents

                                                               Rumi